• un peu de ciel bleu

    Okay, pas grand chose à dire. Ce sont les vacances, ma colocataire est partie faire du ski pendant une semaine, je me sens terriblement seule dans cet appartement qui semble bien vide. C'est vrai que je la critique, mais ma colocataire finit tout de même par me manquer quand elle n'est pas là. Je serais incapable de vivre seule, c'est évident, j'ai trop besoin de voir des gens (même si ce n'est pas pour leur parler...).

    Ce matin, j'ai eu une révélation. C'est vrai que, visiblement, j'ai souvent de telles révélations... Mais là, c'est différent. L'objet de ma révélation, c'est George. Ou plutôt, j'ai réalisé à quel point il se fichait totalement, royalement, complètement de moi. Je veux dire, je m'en suis toujours doutée mais mon optimisme prenait le dessus et je me disais qu'avec le temps il se passerait quelque chose. Mais non, il ne se passera jamais rien avec lui. C'est vrai qu'il correspond à quelque chose d'idéal pour moi; mais c'est évident que je l'ai justement idéalisé. Je me suis réveillée ce matin en me disant qu'il n'en avait rien à faire de moi et que ce n'était pas grave. Au contraire, j'ai l'impression d'être libérée d'un vrai poids. Je ne sais pas si ça va durer, parce que j'ai plusieurs fois eu une telle impression et pourtant ma passion pour lui revenait... Pourtant j'ai la sensation que cette fois-ci est différente. J'ai eu la vraie preuve de son total, total, total désintérêt envers ma personne même juste en tant que vague connaissance ; et cette preuve vaut cent fois les quelques signes que j'avais entraperçus, notamment un au Nouvel An. Mon instinct se trompe rarement, ce qui est parfois étrange, et là j'ai l'instinct que je peux, que je dois, vraiment passer à autre chose avec George. Toute ma passion pour lui n'a aucun sens, j'appelais ça coup de foudre mais maintenant j'appelle ça passion idiote. Non, là c'est injuste, je sais comment marchent les coups de foudre vu que je ne craque pour des garçons que par coup de foudre... C'était un coup de foudre. Mais il faut savoir abandonner à temps, et le temps me semble aujourd'hui parfait.

    Quand je réfléchis à cette situation, je n'ai pas l'estomac noué et je ne suis même pas triste. D'ailleurs, j'essaie de penser à George mais rien ne se passe, aucun serrement d'estomac caractéristique des sentiments passionnés quand ils existent chez moi. Bien entendu, je risque de replonger dès que je le reverrai, mais je ne pense pas, mon instinct me prédit que c'est fini. Espérons-le. Mais pour l'instant, je suis réellement, réellement soulagée de ne plus rien ressentir à son égard.

    Il est temps que je passe à autre chose. Enfin, à quelqu'un d'autre. Espérons que ce quelqu'un d'autre apparaisse rapidement dans ma vie, j'en ai marre d'attendre.

    Et puis, zut, il n'y a pas que l'amour dans la vie, de tte façon. C'est pour ça que j'ai passé l'après-midi à récupérer les cours de finances publiques que j'avais séchés depuis le début du semestre...  


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :