• rapides pensées nocturnes

    Aujourd'hui, dernier vendredi avant le début de mes partielles. Je devrais sentir la pression monter mais je me sens tellement confuse à propos de ma vie entière que je n'ai pas la tête à me plonger dans d'intenses révisions destinées à remonter l'horrible moyenne de mon premier semestre. Confuse, oui, quoique le mot me semble encore léger. J'en arrive à me dire que redoubler serait une excellente idée, histoire d'avoir un peu plus de temps devant moi. Si jamais, par un miracle ou un hasard prodigieux, je passe en L3, ça veut dire que 1) je devrai choisir entre le parcours droit (plus que chiant) ou sciences politiques (qui peut j'en ai peur me fermer beaucoup de portes) --2) dans le courant de l'année prochaine, décider ce que je ferai du reste de mes études et donc de ma vie. Cette idée me terrifie. Je sais ce que j'ai envie de faire, c'est à dire du droit international public, mais j'ignore où j'ai envie d'étudier. Genève, oui, évidemment que ce serait merveilleux, mais il y a beaucoup de risques que je n'y sois pas prise. Où ailleurs? Paris, Lyon, Aix-Marseille, Lille... Sans doute que toutes ces facultés proposent ce qui me fait rêver, mais j'avoue que j'ai peur d'y aller. Peur de me retrouver toute seule dans une ville inconnue, de devoir y trouver un logement, de coûter des centaines et des centaines d'euros à mes parents tous les mois. Je suis encore jeune et pour l'instant, je réalise que je ne suis pas assez mature et responsable pour partir habiter loin de chez mes parents. Rennes, ce n'est pas la même chose puisque je connais cette ville depuis toujours... J'ai peur d'habiter toute seule mais j'aurais aussi peur de tomber sur des colocataires insupportables. La solitude m'effraie à un point incroyable mais en même temps m'attire, paradoxalement. J'ai très envie de m'en aller découvrir une autre vie, et en même temps je suis paralysée par la crainte que ça n'aille pas. Mais je ne vais pas rester à Rennes après ma licence alors qu'ils ne proposent pas de masters qui me tentent, juste parce que je n'ai pas le cran de m'éloigner.

    Encore plus paradoxalement, j'ai l'impression que la seule destination qui ne me fait pas peur, c'est les USA. Je me sens tellement bien là-bas, ça me semble logique pour moi d'y partir -et d'y rester. Ca m'arrivera forcément dans ma vie, je n'imagine pas vivre ailleurs. Il me tarde d'y déménager, même si je sais que ce ne sera pas avant de longues années.

    J'imagine que c'est normal d'être un peu prise de panique à l'idée que ma vie se joue ces prochaines années. Bien sûr, on peut reprendre ses études plus tard, mais il faut reconnaître que ce n'est pas la même chose. Pour l'instant, je suis tiraillée entre l'envie de profiter de ma jeunesse comme une dingue et celle de devenir un peu plus raisonnable et de me poser un peu. J'aimerais sortir encore plus et carrément moins à la fois. Je suis tellement confuse à tous les niveaux! J'en suis à un point où je suis heureuse de ma vie et en même temps j'ai le sentiment de la rater complètement. Je réfléchissais à ça plus tôt dans la journée, si seulement la vie pouvait être un peu moins compliquée.

    Et puis, si j'étais attirée par les bons garçons. Attention, je ne suis pas attirée par des bad-boys; je dis "bons" dans le sens adéquats. Ceux à qui je peux plaire en retour, même s'il y en a que de rares spécimens... Ou, mieux, ceux avec qui je pourrais potentiellement sortir. Je suis tellement confuse ces jours-ci que je rêve et pense à un garçon avec qui je ne m'imagine pas une seule seconde. C'est très étrange comme sentiment car il me plaît beaucoup, mais je ne sortirais pas avec lui pour une raison très simple. Mais si jamais la question se posait -je ne sais pas si je refuserais de sortir avec lui, à vrai dire je ne pense pas: il me plaît, après tout, et je suis incapable de dire non. Bref, de toute manière, la question ne se posera jamais. J'étais tellement frustrée après notre "slow de collégiens" qui n'a pas duré longtemps... Je n'ai aucune idée de ce qu'il pense de moi. Est-ce que je lui plais aussi? Ou bien suis-je simplement une bonne pote? Il y a quelques temps j'aurais dit que l'attirance était réciproque, mais aujourd'hui et au vu des circonstances récentes, je dirais que c'est peut-être entre les deux. Je précise donc qu'il a selon toute vraisemblance une petite amie...

    Enfin. Je ne sais plus où j'en suis, tout est SI confus. Un peu de repos me ferait beaucoup de bien. Ces pensées n'ont aucun enchaînement logique, excusez ma rédaction vraiment limite mais il y a des moments où toutes mes pensées doivent sortir en vrac, juste pour me soulager et pour que plus tard, je me remémore mes anciens sentiments...


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :