• j'ai entendu "mise à jour"?

    J'ai sourit en relisant ma dernière note, celle qui date de trois semaines précisément. Parce que parfois, des situations paraissent se ressembler. Mais pour l'instant, tant que je n'aurai pas reçu le texto, je peux garder l'espoir fou que le contexte n'est pas le même, que je n'ai pas été aussi naïve que la dernière fois, que j'ai raison de vouloir un peu plus qu'une seule nuit.

    Il s'en est passé des choses, en trois semaines. Je suis allée en Espagne, j'ai traîné la plupart du temps avec un garçon génial dont le principal défaut est d'avoir trois ans de moins que moi, on m'a volé mon sac à main dans un restaurant alors qu'il était posé entre deux chaises, je n'ai plus réussi à supporter ma colocataire et cela m'a conduite à des situations extrêmement bizarres (et une ou deux crises de paranoïa aigüe). A mon retour, j'ai changé de téléphone portable et d'opérateur, j'ai des textos illimités que j'ai sans doute déjà rentabilisés, j'ai craqué pendant deux jours sur le vendeur qui m'a fait souscrire mon abonnement. Je dois refaire mon permis de conduire, je dois envoyer ma lettre de remboursement à la MAIF pour le vol de mon sac, je dois préparer un dossier pour Ker-Lann.

    Et puis, on est sorti samedi soir. 

    Une soirée à la fois exquise et déroutante. 

    Le genre de soirée à laquelle on ne comprend pas tout, principalement à cause des effets dévastateurs de l'alcool, mais qui laisse un souvenir vraiment agréable. Le genre de soirée où pour une raison totalement incompréhensible, tout nous échappe, ou l'on se dit sincèrement qu'il ne se passera rien mais où le destin, finalement, en décide autrement. Le genre de soirée qu'on meurt d'envie de revivre mais dont on sait que la répétition serait quasiment fatale.

    Je ne saurais dire pourquoi, samedi soir, je me suis fait draguer comme ça. Enfin, je le sais, mais je préfère croire en la bonté humaine et refuser l'hypothèse comme quoi on voyait que j'étais bourrée et que les garçons savaient que je leur résisterais plus difficilement. Je déteste l'idée que l'alcool soit régulièrement le moteur de mes soirées, oserais-je dire de nombreux bons souvenirs. Oui, même si la journée qui a suivi a été peu agréable, l'évènement d'il y a trois semaines reste un bon souvenir en lui-même.

    Quant à samedi, excellents souvenirs... On ne se rend pas compte à quel point séduire est génialissime pour le moral. Non pas que j'aie besoin qu'on me remonte le moral, je suis parfaitement optimiste en ce moment (enfin jusqu'à ce que je recoive le texto), mais j'étais dans un état littéralement transcendé.

    D'un autre côté, il y a cet évènement dont j'ai très envie de parler, qui est la conséquence directe de samedi soir. Jamais je ne remercierai assez mon ami (qui se reconnaîtra c'est évident) qui m'a saoulé samedi soir en refusant de me donner mon petit papier pour récupérer mon sac. Parce que sur le moment ça m'a trop énervée. Mais je n'aurais pas apprécié la fin de soirée à sa juste valeur, contrairement à hier soir où je n'avais bu que deux coupes de champagne, et que j'ai pu librement savourer.

    Le texto que je redoute, c'est celui de ce garçon (enfin de cet homme, désolée pour mon habitude de langage un peu enfantine), avec qui j'aurais voulu finir samedi et avec qui j'ai délicieusement fini hier soir. Il est parti ce matin, en me disant qu'on s'appellerait réellement... Et j'espère, sans doute trop, que ce sera le cas.

    Même si il a quarante ans. 

    Et une petite fille. 


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :