• Vivement dimanche.

    Enfin, normalement.

    Si il n'annule pas à la dernière minute.

    Ce qui me rendrait triste. Mais pour le moment, je suis heureuse.

    C'est étrange, à quel point je me sens heureuse d'ailleurs, alors que plein de choses continuent à ne pas aller... Mais penser à lui, ce qui m'arrive à peu près tout le temps, me rend excessivement heureuse. L'attente est insoutenable lorsqu'il me dit qu'il se connecte et qu'il arrive une demi-heure plus tard, alors que je me doute qu'il sera en retard. Je n'en peux plus, ce soir, de me dire que je dois attendre dimanche soir pour le voir, pour le tenir dans mes bras, pour qu'il me tienne dans ses bras. Avec lui, je me sens extrêmement bien... Les mots manquent pour décrire mes sentiments lorsqu'il est près de moi.

    C'est étrange, à quel point cette histoire va vite, à quel point je tiens à lui et ne pense qu'à lui alors que nous nous connaissons depuis six jours. Il est adorable et je suis si à l'aise avec lui qu'on dirait que je le connais depuis toujours. Penser qu'il pourrait me quitter me rend carrément malheureuse, alors que nous n'avons pas encore beaucoup de souvenirs ensemble.

    C'est étrange, en effet, à quel point j'ai peur de le perdre, déjà. Je suis une inquiète-née, il faut croire, en matière d'amour. Même si ce n'est pas l'homme de ma vie, cela ne m'empêche pas de l'aimer... et d'avoir peur qu'il ne veuille plus de moi.

    Même s'il y a une "ombre" (enfin, une ombrette) au tableau, j'avoue que je ne me suis jamais sentie aussi épanouie dans mes précédentes relations. Peut-être ai-je mûri depuis? Ou bien je m'implique plus, moins ou différemment? Même si au bout de six jours je n'ai pas le droit de tirer des plans sur la comète, je me dis que j'aimerais vraiment rester longtemps avec lui. Que c'est vraiment un garçon bien, un garçon comme il (me) faut. Avec lui, je ne regarde même plus les autres garçons, il me semble que c'est une véritable preuve de l'affection que je lui porte!

    Il me manque déjà et je pourrais parler de lui pendant des heures et des heures encore. Il est génial, génial, génial. Et je craque littéralement pour lui.


    votre commentaire
  • En fait, non. Ce n'était pas un samedi soir comme les autres. Du tout. [ne pas lire si vous n'êtes pas intéressés par des informations personnelles totalement dénuées d'intérêt pour quiconque ne me connait pas!].

    Tout a commencé lorsque je suis arrivée à ma répétition de violoncelle. Je n'avais pas répété le tango plus que ça, même si la semaine passée j'avais joué de manière désastreuse (c'était un véritable déchiffrage en cours, vive l'organisation). Et finalement je l'ai joué super, super bien. Ca m'a mise d'une humeur incroyablement bonne pour le reste de l'après-midi. Ensuite, une fois arrivée à l'orchestre, j'ai eu une surprise de taille: la partition de Moon River (B.O. de Breakfast at Tiffany's, mon film favori de tous les temps!!) sur le pupitre. Cela m'a littéralement rendue hystérique. J'ai aussi pensé que c'était un signe excellent pour la soirée d'anniversaire de ma colocataire, d'une de ses meilleurs amis et d'un de ses meilleurs amis...

    Une fois arrivée à la soirée, quelques circonstances et agissements m'ont rendue malheureuse et c'est là que j'ai commencé à boire un peu, enfin un peu trop. Heureusement, j'avais les idées parfaitement claires, je me rappelle de tout mais pas du tout de manière chronologique, mais j'ai du dire des trucs bizarres quand mm... Brefou, j'ai donc bu un peu trop, et finalement après l'ouverture des cadeaux je me suis retrouvée finalement à finir la bouteille de pasoa et chercher de la manzana à mettre dans mon jus d'orange. J'ai donc atterri derrière le "comptoir", devant un garçon qui s'était présenté à moi quelques heures plus tôt et avait été vraiment charmant, et puis il m'a demandé à boire et j'ai du raconter un truc style je ne suis pas serveuse ms je danse, ou quelque chose d'aussi évolué juste pour rigoler un peu. Finalement, un verre de soho/pomme pr lui et soho/orange pour moi, voire deux, plus tard, il m'a proposé de sortir à l'extérieur pour discuter un peu. On s'est assis sur un muret tout mouillé avec nos verres de soho aromatisés et on a discuté. Puis ce qui devait arriver arriva, on s'est rapprochés physiquement parce qu'il faisait froid, j'ai senti qu'on allait s'embrasser et tout et puis pour finir, un peu par timidité, je lui ai proposé de retourner à l'intérieur, et il m'a dit "un petit bisou avant?", je lui ai répondu "hm je ne sais pas" et on s'est effectivement embrassés!!! On est ressorti après être rentrés pr récupérer nos manteaux et se balader dehors... On a passé un bon moment à "se balader", soit faire quelques pas et s'arrêter pour s'embrasser. C'était incroyable comme sentiment, dans le sens où je me sentais tellement, tellement, tellement bien. Vraiment, ça devait être l'association de l'alcool, de la fête et de la pluie légère, mais cela faisait longtemps que je ne m'étais pas sentie aussi bien. Etrange, d'ailleurs, si l'on considère le fait que je ne connaissais pas grand chose de ce brave garçon...

    Enfin, je ne vais pas non plus évoquer toute la soirée, et je vais passer sur certains faits pour me contenter de préciser que visiblement, peu des individus présents sur la mezzanine pas trop loin de nous ont pu dormir, à cause de nous... Que j'ai un suçon de malade au sommet de mon décolleté qui va me forcer à porter des pulls (sans décolletés justement) pendant plus d'une semaine au moins (vraiment au moins, surtout que j'ai la peau sensible qui marque vite)... Que j'ai des courbatures de folie à la langue parce que depuis que je ne fais plus de clarinette, elle a perdu toute sa musculature et là on s'est vraiment embrassés longtemps... Que les sièges arrières d'un Espace ne sont pas vraiment confortables... Que nous n'avons pas fait vraiment plus que nous embrasser et discuter, ou alors c'était en toute innocence... Que je suis "irrésistible" apparemment... Que je me sens très très bien avec lui et qu'en plus il a la peau douce... Que je le revois mercredi et que je regrette d'avoir à attendre trois jours pour le revoir!!!

     Oh et à part ça, je tiens juste à préciser que je suis très très heureuse de l'avoir rencontré. Il m'a dit qu'il voulait me revoir et j'espère que son intérêt va durer. JE n'ai pas envie d'être la fille d'un soir, ce n'est pas mon genre... Et ça fait trop souffrir. Et ça force à trop boire aux soirées.

    votre commentaire
  • Il n'y a pas si longtemps que cela, j'évoquais avec une logique de raisonnement particulièrement sérieuse et adéquate la situation dans laquelle je me trouvais face à un jeune homme à la BU. Je n'avais plus revu ce brave garçon depuis quelques temps, dois-je dire quelques semaines? A moins que, perdue comme je l'étais dans ma relation naissante avec PhilippeIV, je n'ai plus fait attention à ce charmant personnage. Cependant, je l'ai vu hier après-midi avec une amie et j'avoue que je ne comprends pas comment j'ai pu passer à côté de lui sans lui accorder l'intérêt qu'il mérite?

    1) Déjà, PhilippeIV s'est coupé les cheveux, oui, autant dire qu'il a tout perdu. Nan, en fait c'est la même coupe qu'avant mais plus courte... Donc ça repoussera vite et à ce moment-là tout ira mieux. Toutefois, il me faut une issue de secours et ce jeune Charles IV le Bel (le gars de la BU, s'appelant en réalité Marc) en est une parfaite.

    2) Rapide récapitulatif de hier après-midi: mon amie L (oui je tiens à préserver l'anonymat de tous mes proches pour éviter d'éventuels règlements de compte, on ne sait jamais!) et moi étions à la BU à la recherche de PhIV quand la vérité nous a frappées de plein fouet: il était sorti du bâtiment. Ni une, ni deux, nous sommes donc sorties de la BU et avons devisé quelques minutes de tout et de rien et surtout de la nouvelle coupe de cheveux de PhIV; quand la porte en bois massif scellant l'entrée du repère à BCBG travailleurs s'est ouverte doucement. Un groupe d'énergumènes aussi étranges qu'intriguants en sortit et je repérai avec une joie démesurée le brave individu qui devait trouver son surnom de Charles IV quelques temps plus tard. Troublée, j'ai proposé à L de s'éloigner tout en lui glissant *y'a un mec que je trouve trop mignon!*. Aussi lui suggérai-je de s'arrêter quelques minutes sur un petit banc de bois afin de lui expliquer de quel garçon il s'agissait. Manque de chance, celui que je tentais de lui faire remarquer nous avait trop grillées, pourtant nous avons été discrètes!

    3) Il faut que j'aille en cours maintenant, en plus Charles IV n'est même pas venu à la BU ce matin, c'est NUL! Il pense qu'il réussira ses études sans travailler???? Hahhaha.

    Note à compléter.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique