• 1°) Aujourd'hui, j'ai agi comme une vraie blonde, avec une foule d'activités extrêmement utiles, profondes, intelligentes et dénuées de toute superficialité. J'ai par exemple sollicité l'aide maternelle pour arranger un peu la couleur de ma délicate mais rebelle chevelure, afin de la redorer et de lui rendre toute la souplesse et l'éclat qu'elle mérite... Par ailleurs, me rendant compte avec surprise et joie que mes ongles n'ont plus la taille microscopique qui les caractérisait encore il y a peu, j'ai pris un certain temps pour les vernir (je ne suis pas très douée, il faut l'avouer) en une merveilleuse teinte violet clair qui adoucit les traits de mon visage et met en valeur l'azur de mes yeux. En outre, j'ai procédé à quelques essayages de vêtements convenant plus à la saison estivale qui s'annonce que les pulls en laine tricotés avec amour et soigneusement rangés dans mon armoire. Brefou, une journée à l'occupation fort agréable qu'il me siérait de revivre bientôt.

    2°) Que j'aime le printemps! La vie semble renaître, apportant avec elle espoir et bonheur. La pluie même n'arrive pas à décourager ma bonne humeur et j'ai envie d'agir comme une petite fille insouciante qui s'apprête à ouvrir ses cadeaux de Noël et s'attend à tomber sur Barbie reine des fées. Je voudrais courir dehors et crier ma joie de vivre au quartier entier, mais nous vivons dans une société bridée qui nous pousse à contenir et refermer au fond de soi tout éventuel débordement de sentiments.

    3°) "Make your own kind of music... Sing your own special song..."!!!!!! Qu'ajouter? Des paroles délicieuses, d'une justesse et d'un sens extraordinaires, dont je ne pourrai jamais me lasser. Une mélodie tout bonnement magnifique. Un rythme club endiablé (oui je parle de la version Mathieu Bouthier) qui me donne envie de faire un strip-tease devant des inconnus et de balancer des avions en papier par la fenêtre d'un quatrième étage (je n'ai encore fait qu'une seule de ces propositions, heureusement). Cette chanson est, étrangement, l'une de celles dont je ne me lasserai probablement jamais, même à force de l'écouter en boucle. Elle a quelque chose... Mais apparemment il n'y a que moins à comprendre ce quelque chose. Un peu comme avec certains garçons (je ne citerai pas 16-ans...). Que voulez-vous, mon esprit supérieur et puissant a l'incroyable capacité de remarquer le bon en chacun.

    4°) Et dire qu'hier encore, le désespoir m'avait envahie à l'idée que tout mon génie littéraire m'avait fui et que l'inspiration m'avait quittée pour rejoindre une vie meilleure... Bien, il n'en est rien, fort heureusement. Je reste anormalement géniale et inspirée. Peut-être est-ce lié à ma journée, si riche en activités intellectuelles fort existentielles? Ou à une vie particulièrement palpitante ces temps-ci? La pression de devoir connaître un morceau par coeur demain après-midi alors que je peux à peine aligner les notes avec la partition? Le stress ressentit à la nécessité de choisir entre la teinte blond clair doré ou blond clair cuivré? Le fait d'avoir discuté en termes parfois peu élogieux de mon ex-petit ami vendredi soir avec un garçon charmant? D'avoir découvert/téléchargé la chanson qui m'obsédait depuis des semaines et des semaines? Toujours est-il que, enfin, cette note est à la hauteur de mes plus intimes prétentions.


    1 commentaire
  • J'avais imaginé cette note à chaud, ce matin à 5h26 à ma rentrée de soirée et le titre correspondait donc largement mieux que maintenant. D'un autre côté, je n'ai pas beaucoup pu dormir ce matin, que jusqu'à 9h45 à cause des travaux dans l'appart en-dessous. Non mais a-t-on idée de débuter sa journée de travaux à une heure pareille un VENDREDI MATIN? Où ils se croient, dans une charmante bourgade où la meilleure des soirées consiste en un concours de belote entre voisins autour d'une bonne tisane? Nous sommes à Rennes, que diable, et la capitale de la Bretagne représente bien sa région. Enfin, tout ça pour dire que, quand même, la notion de "petit matin" est personnelle.

    Mais quelle soirée... Quelle soirée! Aussi frustrante qu'elle ait été à de certains points de vue, même si je me suis trouvée stupide un peu trop souvent, c'était vraiment génial, avec des gens géniaux. J'aime bien l'idée de traîner avec des garçons, en fait, sauf que mon coeur d'artichaut l'alcool ingurgité la fatigue me donne l'impression de toujours vouloir me montrer charmante auprès d'eux. C'est vraiment étrange -et involontaire, c'est comme si c'était naturel d'être comme ça. Enfin, bref, je culpabilise d'avoir craqué sur le même garçon que ma colocataire alors que qu'une ou deux heures plus tôt je lui avais avoué que je craquais pour son meilleur ami et qu'elle voulait l'inviter à manger pour moi... D'un autre côté, ça n'a pas donné grand chose hélas avec ce garçon donc ça ne compte pas, si? Et puis, apparemment je lui plaisais plus (du moins c'est ce que j'ai cru remarquer), plusieurs hypothèses peuvent expliquer ce fait: 1) j'étais littéralement bourrée et c'est bien connu, c'est plus facile d'abuser d'une pauvre jeune personne un peu pompette ; 2) je suis grande et blonde, et forcément c'est ultra canon (on passera sur le fait "grosse" et "fausse blonde") ; 3) je rigole tout le temps donc on peut apercevoir mes dents magnifiques et craquer sur mon merveilleux sourire digne d'une publicité pour dentifrice... ; 4) et bien la fatalité, voilà tout, qui a voulu que hier soir mon horoscope se réalise contre toute attente et qui a joué son rôle jusqu'à la fin. 

    J'aime cette sensation de sortir, de m'éclater. La sensation de liesse (qui porte bien son nom) entraînée par l'alcool est un sentiment vraiment unique et qui me plait carrément, à mon grand désespoir. Je déteste l'idée de sacrifier mes neurones à quelques heures de bonheur pur. Mais j'aime ressentir ce qu'on ressent dans ces moments-là. Danser comme une malade et se ficher totalement d'être sexy ou attirante, sourire à des garçons et se foutre royalement de ce qu'ils peuvent bien penser de soi, raconter des bêtises et n'avoir rien à faire de passer pour une vraie folle... Sans exagérer, savoir que le monde nous appartient parce qu'on est jeune, qu'on est beau, intelligent, ivre, qu'on n'a jamais eu autant confiance en soi et que, quoi qu'on en fasse, on n'a qu'une jeunesse.

    Enfin. Vivement une prochaine soirée du même genre.


    votre commentaire
  • L'Angleterre, c'est bien.

    Aujourd'hui, il n'a pas plu. 

    J'aime bien la famille dans laquelle je suis. Solidarité d'immigrés, je suppose. Surtout qu'elle a habité aux USA et que la fille aînée de la famille a adoré ce pays et qu'elle a un petit accent américain, parfois.

    J'ai bu deux frappuccinos aujourd'hui dans le Starbucks de la rue du centre-ville. A 3,05£ chacun, je vous laisse le calcul de l'argent jeté par les fenêtres.

    J'ai essayé des chaussures incroyables et même si certaines étaient vraiment moches, je les aurais carrément toutes achetées. C'est à ça qu'on voit que je suis une vraie shoe whore.

    Je suis fatiguée. Mais contente d'avoir accès à internet par WiFi dans ma famille anglaise.

    Demain sera une longue journée.

    J'aime parler anglais et entendre parler anglais autour de moi. Je ne suis pas faite pour habiter en France toute ma vie.

    La pochette que j'ai acheté pour mon ordinateur sent encore mauvais le produit synthétique super neuf. 

    Je suis impatiente d'être à demain. Je vais avoir un sandwich au cheddar, il me semble. Yummy. On verra ce que ça donnera.

    George est beau. Mais ça m'est littéralement égal.

    En revanche...

    Je suis folle.  


    votre commentaire
  • Voilà, j'ai rendez-vous dans un peu moins d'une heure pour prendre le bus puis le bateau et débarquer en Angleterre! Je suis vraiment impatiente de partir même si je ne suis pas encore gagnée par l'excitation qui m'envahit d'habitude lorsque je pars. C'est sans doute le fait de partir depuis Rennes et non depuis chez mes parents, ça ne me semble pas être un vrai voyage... C'est ridicule, oui, mais tout est la faute de mon inconscient.

    Comment être impatient sans être excité de faire quelque chose? Je viens de réaliser à quel point cela semble paradoxal. J'ai envie de dire que je suis impatiente mentalement mais pas excitée physiquement (malgré le côté super connoté de cette expression...), dans le sens où je ne suis pas fébrile ou je ne bondis pas partout. Croyez-moi, une semaine avant de partir aux USA il est littéralement impossible de me contenir.

    Je ne pourrai pas aller aux USA cet été, d'ailleurs, par manque d'argent essentiellement. J'aimerais bien travailler en Angleterre ou en Irlande mais tout cela semble si compliqué à planifier! Je vais sans doute envoyer une carte postale à mon prof d'anglais de 6e (oui, ça date, mais il m'a offert un livre sur l'Irlande en 4e donc j'imagine qu'il devrait se rappeler de moi tout de même!) pour lui demander conseil pour l'Irlande! lol je sais que ça fait intéressé mais bon, ça peut toujours être utile. Sacré prof, d'ailleurs, la légende affirmait qu'il mangeait des craies et tous les élèves le détestaient. Je ne sais pas pourquoi, personnellement je l'ai trouvé super, c'était un bon prof et quelqu'un de très gentil même s'il était spécial.

    Bref, après ce paragraphe sur mon ancien prof d'anglais, je pense que je vais aller m'habiller et finir mes affaires. L'heure du départ approche.  


    votre commentaire
  • 1°) Je me suis achetée des lunettes de soleil de pétasse que j'adore. Evidemment, comme je suis une fille extrêmement douée, je les ai déjà cassées (si on peut dire ça casser, c'est juste que le petit bout en plastique doré s'est détaché de manière précoce des branches des lunettes). D'un autre côté, vu leur prix, elles ne vont pas durer longtemps... Bref, la monture est blanche et les verres légèrement bruns, c'est typiquement les lunettes dont je me moque lorsque je croise de jeunes fashion-victimes dans les rues de ma merveilleuse ville, et je suis fière de les porter. De toute façon, c'est pas parce que j'ai des lunettes de pétasse que je vais me transformer en pétasse. Pétasse, c'est pas seulement un style, c'est une philosophie.

    2°) Mes cours à la fac sont finis et je dois réviser pour mes partielles. Histoire d'essayer de pouvoir éventuellement réussir à espérer potentiellement mon passage en L3. J'avoue que je n'y crois pas un seul instant mais je n'attends que ça, d'être surprise par mes propres résultats. Au moins, j'ai rattrapé les cours qu'il me manquait (enfin presque) et je suis dans une bien meilleure optique qu'au premier semestre où la démotivation était totale.

    3°) J'ai parlé à Philippe IV jeudi aux environs de 14h35. Oui, à lui, à lui. Je suis dans un tel état émotionnel ces jours-ci que je ne sais plus où j'en suis et que lorsque PhIV m'a dépassée tandis que nous marchions en direction du centre-ville depuis la fac, je n'ai pas réfléchi et lui ai dit "salut". Cela montre que je suis une fille polie et qu'il est lui-même un garçon poli puisqu'il s'est arrêté pour me faire la bise. Nous avons parcouru la distance fac-Virgin en devisant joyeusement sur le fait que ni lui ni moi n'avions obtenu notre premier semestre, que ni lui ni moi n'aimions nos cours de droit, que ni lui ni moi ne savions quoi prendre en L3, droit ou sciences politiques. J'ajouterais bien que PhIV est peut-être l'homme de ma vie, mais ce n'est sans doute pas le cas car je ne vais pas le revoir pendant deux semaines de révision et qu'ensuite ce sont les examens et qu'après il retourne chez lui... Pour peut-être partir en Erasmus l'année prochaine. Autrement dit, PhIV est simplement un bon souvenir de ma première année et j'aime penser qu'il aurait pu y avoir quelque chose entre lui et moi si j'avais été un peu plus entreprenante.

    4°) Je pars en Angleterre mercredi matin. Et c'est étrange comme je m'en sens blasée. Pourtant, c'est pas comme si je partais à St-Malo pour quelques jours... Je ne suis jamais allée à Exeter (et d'ailleurs je ne suis allée qu'une seule fois en Angleterre de ma vie), ça a l'air joli comme ville et l'Angleterre c'est quand même un autre pays que la France. Pourtant, je ne suis pas excitée du tout à l'idée d'y partir, d'ailleurs jusqu'à il y a deux ou trois semaines j'avais complètement oublié ce voyage... Est-ce que le fait d'être allée plusieurs fois aux USA et une fois en Chine me blase au point que je ne peux plus me contenter d'un voyage dans les frontières européennes? Je ne pense pas, après tout je serais ultra heureuse de retourner en Irlande, par exemple. Attention, je suis tout de même contente d'y aller, c'est juste que je ne suis pas transportée par la destination. Peut-être que je me transforme en fille prétentieuse qui estime que trop de monde va en Angleterre et que ce pays n'a plus aucun intérêt. Ou peut-être pas.

    5°) J'ai honte d'avoir écrit un texto à mon ex mercredi. Il ne m'a pas répondu alors que je voulais juste être gentille et prendre de ses nouvelles. A-t-il eu peur que je lui saute dessus ou au contraire que je l'agresse? Je n'aime pas l'idée de ne plus jamais le revoir de ma vie, même si je ne le connais pas vraiment, apparemment lui s'en fiche totalement. Peu importe. Whatever. C'est la vie et ce ne sera pas le premier petit ami que je ne reverrai plus - même si j'aurais bien aimé qu'il soit le premier avec qui je serais restée en bons termes.

    6°) En vrac: ma chambre est dans un tel désordre que cela m'inquiète moi-même, pourtant habituée à vivre dans un environnement peu propice aux révisions. Hier soir j'ai bu 5 tasses de thé vert mandarine orange et j'ai trouvé que Kyle dans Kyle XY était ultra canon. Ce matin, j'ai appelé chez moi et mon petit frère et sa copine devaient se préparer un petit déjeuner car visiblement la jeune fille pressait des oranges, et j'ai trouvé ça adorable et attendrissant - sauf que c'est injuste que mon petit frère ait une telle relation alors que je suis son aînée et que c'est moi qui aurait dû prendre un petit déjeuner avec un garçon génial. J'ai eu 13/20 à un commentaire rendu complètement bâclé et je pense que notre prof nous surnote complètement. J'ai envie d'acheter un tee-shirt à manches langues col en V chez Zara ou H&M mais il y a tellement de choix dans les couleurs que je suis incapable de prendre une décision. Je devrais aller manger maintenant mais j'hésite entre épinards bientôt périmés et sauce bolognaise sans pâtes.

    7°) Je suis plus que fan de la chanson du générique de "happy days". Elle me met d'une humeur incroyable. J'aurais aimé vivre dans les années rock'n'roll, celles de Grease ou de CryBaby. La musique et la mode de cette époque m'enchantent littéralement et, même si je sais que c'était beaucoup plus difficile que ce que les films ne le montrent, toute cette ambiance est géniale.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique